Il faut vivre avec FONTAN

Fontan sort son magnum opus Le jazz acrylique sur ZE Records, mythique label qui a marqué au fer rouge les pionniers de l’underground new-yorkais: Suicide, Lydia Lunch, John Cale, etc.

L’underground tarnais ne regorge pas que de philistins goguenards déclamant des poèmes soulographiques. Car c’est dans une atmosphère de strict apartheid culturel, le Tarn, son bouge régulier que Fontan explose tout les préjugés des chroniqueurs parigo-centrés. De part ses origines contestées quoique probables où il puise son inspiration, Fontan fait du rock pas celui devenu une étiquette garantissant l’allégeance à un simulacre de non conformisme, mais celui qui révèle la forme toujours autre du feu qui nous habite.

Aucune allergies à l’écoute du jazz acrylique car c’est plutôt du rock soyeux cousu-mains confectionné ici et qui nous électrise. De la haute couture puisque Fontan a le soucie de la matière première: guitares et ampli vintage. Avec sa Gretch lui servant de catalyseur à riffs Fontan exprime le puissant courant de sa fantaisie. Une production qui n’est pas dans le calibrage à tout prix ni dans les formats d’oppositions d’un quelconque art migraineux. Le grain lo-fi des fuzz, les silences fracassant et une voix de crooneur spectrale donnant le vertige sont les ingrédients parfaits pour ses compositions dream rock. Pour les anglophones, ses textes poétiques les plongeront dans un puissant maelström d’émotions pour s’échouer sur des rives inattendues.

L’Olympe du rock à ses dieux et Fontan patiente dans son antichambre. Fake News pas encore démentie: Le disque serait un side project de Lou Reed avant transformer.

François LLORENS