Haleiwa, stratosphère lo-fi

La bande-son du printemps : on écoute le nouveau single d’Haleiwa « HKI-97 » pour se prélasser au soleil.

Derrière Haleiwa se cache Mikko Singh, un musicien suédois qui mène à bien son projet musical en solo. Pendant près de deux ans, il s’est enfermé dans son studio à Stockholm pour enregistrer son troisième album Cloud Formations à paraître en juillet, et produit par le label berlinois Morr Music. Si au début de sa carrière, le multi-instrumentiste est attaché au skate punk et à la musique hardcore, cet opus donne lieu à un nouveau départ car son oeuvre s’est laissée bercer par la musique indie, l’influence du krautrock ou encore de la new wave.

En 2015, Mikko Singh se passionne pour les synthétiseurs analogiques et les utilise pour réaliser son album Palm Trees of the Subarctic. C’est à partir de cette expérience qu’il accorde un rôle plus important à la basse dans ses compositions. Haleiwa se réinvente musicalement et c’est lors de ce processus qu’il donnera naissance aux premiers titres de Cloud Formations, sculptés jusqu’à ce que chaque grain, chaque note atteigne le degré de perfection qu’il s’était imposé. Pendant la conception du disque, il accorde plus d’attention que jamais aux subtilités du son et à ses effets sur les émotions grâce à une technique consistant à enregistrer plusieurs instruments avec des microphones de mauvaise qualité lo-fi. La stratification des instruments, brumeux et saturés, offre un rendu qui n’en est que plus intimiste, tout particulièrement sur « Cloud Formations » et « Foggy ».

Munissez-vous d’un casque et plongez dans l’écoute des neuf pistes de Cloud Formations qui vous abreuvera de sa pop stratosphérique menée de main de maître par des synthés lascifs et des riffs solaires.

HKI -97 by Haleiwa

Toth est dit.

Après une décennie marquée par la maladie de son ex-compagne, foudroyé par sa rupture, Alex Toth trompettiste averti, remonte difficilement la pente tout en multipliant les projets: hommage à David Bowie, formations punk, etc .

En juillet 2016, Alex Toth se remet d’un pied et cœur brisés, coincé dans son appartement au quatrième étage à Brooklyn avec plâtre et béquilles. Investi dans l’écriture et la composition c’est là que le premier album de Tōth, « Practice Magic and Seek Professional Help When Necessary« , est né.

C’est une véritable renaissance car il en résulte un album dénué d’amertume et rempli de mélancolie ensoleillée. Toht a trouvé la force et l’inspiration nécessaire pour composer des harmonies chatoyantes rappelant les Beach Boys. Sa voix haut perchée et sa guitare folk agrémentées de ses envolés de solos de trompette et de violons confère à son lp une couleur pop époustouflante.


Que vous croyez ou pas à la psycho-magie de Jodorowsy ou à la méditation transcendantale, ce disque est un remède à toute crise existentielle. En attendant la sortie le 10 mai 2019 sur le label Figureith records et Northern Spy Records quelques titres sur les plateformes de streaming sont prescrit à dose homéopathique.

Il faut vivre avec FONTAN

Fontan sort son magnum opus Le jazz acrylique sur ZE Records, mythique label qui a marqué au fer rouge les pionniers de l’underground new-yorkais: Suicide, Lydia Lunch, John Cale, etc.

L’underground tarnais ne regorge pas que de philistins goguenards déclamant des poèmes soulographiques. Car c’est dans une atmosphère de strict apartheid culturel, le Tarn, son bouge régulier que Fontan explose tout les préjugés des chroniqueurs parigo-centrés. De part ses origines contestées quoique probables où il puise son inspiration, Fontan fait du rock pas celui devenu une étiquette garantissant l’allégeance à un simulacre de non conformisme, mais celui qui révèle la forme toujours autre du feu qui nous habite.

Aucune allergies à l’écoute du jazz acrylique car c’est plutôt du rock soyeux cousu-mains confectionné ici et qui nous électrise. De la haute couture puisque Fontan a le soucie de la matière première: guitares et ampli vintage. Avec sa Gretch lui servant de catalyseur à riffs Fontan exprime le puissant courant de sa fantaisie. Une production qui n’est pas dans le calibrage à tout prix ni dans les formats d’oppositions d’un quelconque art migraineux. Le grain lo-fi des fuzz, les silences fracassant et une voix de crooneur spectrale donnant le vertige sont les ingrédients parfaits pour ses compositions dream rock. Pour les anglophones, ses textes poétiques les plongeront dans un puissant maelström d’émotions pour s’échouer sur des rives inattendues.

L’Olympe du rock à ses dieux et Fontan patiente dans son antichambre. Fake News pas encore démentie: Le disque serait un side project de Lou Reed avant transformer.

François LLORENS

Les helvetes underground

Avec leur premier album Certaines ruines, Cyril Cyril marquera la rentrée et son territoire sur le paysage rock français. Leur créneau: exotisme lo-fi et transcendance poétique.

Après un premier ep distribué par les Disques Bongo Joe, excellent label suisse dépoussiérant la musique world underground, Cyril cyril sortira leur Lp Certaines ruines, le 28 septembre 2018 chez Born Bad Records. Ce n’est pas un hasard si Born Bad via leur boss, JB Wizzz les signe car tous les groupes de rock indépendant français qui comptent le plus actuellement sont chez eux. Certaines ruines est la nouvelle preuve que la scène rock francophone passe actuellement par une période très stimulante à l’instar de Grand Veymont, Catastrophe, Tôle froide, Ceylon, Train Fantôme, etc.

Cyril Cyril tandem au prénom miroir reflète l’air du temps: une génération cultivée aux aspirations multi-culturelles qui a parfaitement intégré tout l’héritage rock de ces cinquante dernières années. Les deux Cyril sont  Genevois et ont un parcours au passeport bien rempli. Rien qu’à la lecture des titres du ep aux noms de sites très évocateurs: le colosse de Rhodes et Sayyara, Cyril Cyril a certainement un guide touristique sous un bras et les contes et légendes sous l’autre.  Le duo affiche un esthétisme arty sans prise d’esthètes, porte des costumes asiatiques en toute simplicité et s’invente ainsi un univers exotique idéal pour un été indie(n). Le groupe se transforme pour nous transporter avec leur rock lettré vers des contrés aux sonorités mystérieuses.
Certaines ruinesroulera sur vous à la manière d’un palpé roulé. Fermez les yeux et laissez vous aller. Les 10 titres de 41 minutes s’écoutent comme on  raconte des histoires aux enfants. Pas celles dont on connaîtrait la fin ou les rouages mais celles qui tiennent en haleine, celles qui questionnent, celles qui brouillent les pistes, celles qui échappent aux définitions, celles qui remontent aux origines. Car comme trop peu de disques me le font dire dès les premières minutes: il se passe quelque chose à l’écoute de Certaines ruines. Je n’ai pas attendu avec impatience le refrain, le riff ou le guimique qui se fait attendre. Rien de tout ça, j’ai de suite été subjugué par la simplicité de leur musique, roots sans être baba, vintage et moderne à la fois. La couleur particulière du lp passe par le choix important des instruments: banjo, sonnailles fait de coquillages, accordéon diatonique, orgue, guitare et batterie étranges, mais aussi par le mélange d’incantations/poèmes et de différents chants et langues dont une orientale pour Sayyara. Cyril cyril produit une espèce de transe velvetienne avec La ville, l’utilisation comme unique rythmique: des sonnailles évoque Moondog sur Colosse de Rhodes, celui-ci invite les « Âmes damnées au karma gigantesque » rien que ça ! Avec Samarcande à la mélodie arabisante et lancinante, comment interpréter cette voix qui nous répète « je ne fais que passer n’est-ce pas? » Est-ce prophétique? Et plus loin « Derrière moi les ruines devant moi les ruines » après eux le déluge? Ou est-ce une invitation à tuer le temps à leur écoute?
Le résultat de tout cet assemblage: une musique surprenante pour un disque hors norme et vagabond. Le split rêvé entre Brigitte Fontaine et Animal CollectiveCertaines ruines deviendra un monument ça c’est certain.

Roche avoisine les plus grands

Aaron Roche  musicien basé à Brooklyn n’est pas un artiste torturé mais contrasté. Il concocte du folk lo-fi en lui agrémentant des sonorités d’avant garde, composition contemporaine mais inspirée par une tradition folk américaine, Aaron Roche est un multi-instrumentiste qui travaille aussi et surtout comme ingénieur du son.

Sa tournée qu’il effectue actuellement en Europe permet de (re)découvrir sa discographie et son dernier LP Haha Huhu datant de l’année dernière.  Seulement trois dates en France pour applaudir le troubadour new yorkais en concert acoustique, les plus chanceux ne le manqueront pas le 10 Avril à Caen,  le 11 à Paris et le 12  à Lille.

Pour cet évènement, un nouveau clip a été réalisé par Anna RG pour l’excellent Supreme Monument avec comme guest au chant traditionnel indien: Mirande Rajeev.

Aaron Roche a un CV de poids puisqu’il accompagne en tournée depuis longtemps les plus grands folkeux de ces dernières années comme Lower Dens et Sufjan Stevens. Ce qui lui a permis de se construire une grande maturité  et de se forger ainsi son propre style.  La preuve à l’écoute de ses chansons folk uniques en son genre et à l’émotion maîtrisée.

Aaron Roche

François LLORENS

Smallville Tapes et le superman psyché-sensoriel

Stephane Laporte aka Domotic quitte Clapping music et rejoint Gonzaï record avec un cinquième album instrumental encore loin des dominations de l’industrie du disque. Smallville Tapes succède au superbe Le démon des hautes plaines BO du court métrage du même nom. Ce nouveau disque de psychédélices d’une durée de 36 minutes seulement hélas  fut enregistré sur un 4 pistes d’occasion dixit Laporte avec « de vieilles K7 achetées dans une station service avec du Carlos et du Kassav dessus ».

Adoubé par Forever Pavot, Domotic compose des bijoux d’orfèvre pop depuis 15 ans beaucoup trop discrètement. Sans forcément être un diggers, il faut absolument découvrir l’univers foisonnant de Stephane Laporte, de par ses collaborations: Centenaire, Egyptology, Karaocake ainsi que la somme d’influences qui ressortent à l’écoute de l’album: François de Roubaix, Air, Gainsbourg, Chassol.

Les dix morceaux aux titres aussi bien choisis que les livres de Françoise Sagan composent ce disque envoutant entre pop progressive et rock cinématique:  « Repos forcé » une (longue) introduction  à l’orgue, le gourou des claviers vintage nous plonge de suite dans son univers baroque, la messe est dite. « Luminosité variable » son Virgin suicide touche au cœur et apaise,  » cocktail étrange » imprégné de mélancolie fait des miracles, Domotic conclu avec « pierre angulaire » entre arpège souverain et mantra à la Melody Nelson.

Smallville Tapes ou comment ne pas tomber sous le charme  des compositions analogiques de Stephane Laporte à la fois accessibles et sophistiquées? Sortie similaire: Ojard « Euphonie ».

François LLORENS

Top 3 – 2 / 7

blue hawaii

Beaucoup de personnes se demandent ce qu’il y a dans la tête d’un bibliothécaire / documentaliste d’un centre de ressource des Musiques Actuelles qui joue aussi de la guitare dans un groupe au nom d’un animal qui descend de la vigogne… Un top 3 ! Grand amateur de musique indépendante et de musiques élégantes, c’est au tour de Romain d’établir son top 3 de l’année !

Découvrez, redécouvrez  :

PVT – New Spirit


THE WAR ON DRUGS – A Deeper Understanding
BLUE HAWAII – Tenderness

Attention SFYM est Superorgasmique !!

Superorgnaism Domino

Mais qui sont-ils ?

C’est déjà une bande de potes, un bigband de hipsters de différents horizons. Ils sont sept à vivre en collocation à l’est de Londres et le huitième en Nouvelle Angleterre (USA). Ce dernier reçoit les démos via Facebook et les mixe sur Garageband. SFYM s’est donc totalement construit en ligne !

Il n’empêche qu’ils ont signé chez Domino et qu’ils seront aux Transmusicales de Rennes le 6 décembre.

Pas besoin de superorganes pour que SFYM devienne addictif…

(Pour les fans de Moldy Peaches, Toro y moi et MIA)

VL « L’amour me travaille quand la haine prend le relais »

Vous avez peut-être déjà vu le nom de Valery Lorenzo au bas des photos de Dominique A, de Sylvain Chauveau ou d’insectes en groupe, mais vous avez peut-être moins entendu parlé de lui en tant que musicien, écrivant des textes à la sensibilité ténue et discrète.  Aujourd’hui VL vient de sortir un nouveau titre qui tourne en boucle chez nous depuis ce matin « L’amour me travaille quand la haine prend le relais ». C’est beau tout simplement et on ne pense à rien d’autre. Son minimalisme nous porte.

The National. Point.

The National

Comme énoncé depuis quelques jours sur leur Facebook, The National vient de sortir leur nouveau single « The System Only dreams in Total Darkness » accompagné d’une vidéo réalisée par Casey Reas à base d’images retouchées prise d’un drone en vol. La vidéo n’a aucun intérêt si ce n’est de souligner une mélancolie habituelle  du chanteur Matt Berninger et la dénonciation d’un système. Le single parle de quelque chose d’obscur dématérialisant les sentiments et parlant à Dieu toutes les nuits, il semble que l’album de rupture annoncé soit un poil plus engagé, marchant sur les pas de nombreux artistes américains actuels.

Le single est décodable rapidement pour servir de cheval de Troie à leur prochain album « Sleep Well Beast » enregistré à Paris, Berlin et Los Angeles et qui sortira sur le label anglais  4AD le 8 Septembre prochain. Le groupe est annoncé au Pitchfork Festival Paris entre le 2 et le 4 Novembre à la La Grande Halle de La Villette. Non seulement The National devrait jouer leur dernier album mais aussi participer à la programmation complète d’une journée du festival et inviter peut-être quelques amis à jouer…

Ce sera donc The National Day.