Sortie du troisième album d’ARCA, hybride.

ARCA

Difficile de faire l’impasse de la musique d’ARCA (aka Alejandro Ghersi), une musique parfois aussi difficile à écouter qu’à comprendre, tellement le chaos domine ce nouvel album intitulé « Arca » et qui sonne comme un manifeste artistique.

C’est que le jeune homme né au Venezuela le 30 Avril 1990, n’est pas totalement un inconnu : tour à tour producteur pour Kanye West ou FKA Twigs, il a fait ses armes avec la grande prêtresse islandaise Björk en produisant son dernier album « Vulnicura » en 2015, ce qui l’a fait connaître à un public plus large.

Sur son troisième album après Xen et Mutant (Mute), Arca travaille une musique hybride qui mélange des bruits concrets à la manière d’un Matmos satanique à des sonorités purement électroniques, a de la street beat sale et déstructurée. Et Ghersi d’une voix mal assurée, chante les corps en transformation passant d’un registre grave à aiguë, souffle des mélodies crépusculaires, comme si il allait tomber dans l’abîme de ses propres angoisses.

Arca est un album apocalyptique, rugueux et violent, qui évolue parfois dans des systèmes aqueux dans lesquels la chair se dilue en substances de corps distordus et troubles, comme ceux qui illustrent les vidéos réalisées avec Jesse Kanda, l’artiste visuel avec lequel il travaille depuis le début de sa carrière. On pense facilement au peintre Francis Bacon et à ses corps en distorsion, cassant les codes de la représentation et refusant la figuration pour se concentrer sur l’essence de l’âme qui souffre. Y a t-il de l’espoir dans ce futur antérieur sombre et parfois hanté par la mort ?

Une hybridation musicale qui insupportera certains et en fascinera d’autres…

https://www.facebook.com/arca1000000

http://www.arca1000000.com/

 

Overcoats, Tiny Desk une session charmante et incongrue…

Overcoats photo

NPR (New york Public Radio) vient de mettre en ligne une nouvelle session Tiny Desk des plus incongrues ! Overcoats, duo New Yorkais composé de Hana Elion et JJ Mitchell vêtues d’un simple sweet blanc, communique leur bonheur de chanter ensemble pour notre plus grand plaisir. Leur son combine admirablement les fondamentaux du folk et de la dance comme le montrait le titre « Hold me close » sortit le 25 Janvier dernier.

Elles sortiront un album « Young » le 21 Avril prochain sur l’excellent label canadien de Feist : Arts & Crafts.

Jouissif, on aime ce début de printemps …. <3

https://www.facebook.com/thisisovercoats/

https://arts-crafts.ca/music/overcoats.html

http://www.overcoatsmusic.com/

Le Metal version Noisey

Cover Bleu Blan Satan

On s’est quand même posé la question : qu’allait donc faire Vice entre « Cloner le mammouth » et « Les gros chats du Golf » ? Rien de moins qu’un documentaire sur la musique Metal en France !

Centré sur l’expérience et le sentiment au travers d’interviews de ceux qui ont fait le métal en France, les auteurs évoquent la contestation et survolent rapidement les raisons du développement de cette esthétique dans l’hexagone. De l’occulte au grand public, des années 90 à l’arrivée d’internet qui aurait tué le Black Metal, c’est sous l’angle de la nostalgie d’une époque révolue que le scénario du documentaire semble écrit ; la nostalgie d’un âge d’or peuplé de mystères sombres et de graphismes sataniques comme symboles de rejet de la société de consommation et du christianisme.

On regrettera un manque d’analyse plus large sur le mouvement, son contexte politique ou plus simplement comment il s’est structuré en France au fil des années jusqu’à devenir un des réseaux les plus organisés de la filière des Musiques Actuelles. On regrettera aussi que l’univers graphique n’y soit qu’évoqué légèrement. La bande son fait la part belle à Mütiilation, Glaciation ou encore Celestia, Anorexia Nervosa, Sister Iodine etc

Le docu a été réalisé pour Noisey par Camille Dauteuille & Franck Trébillac.

A regarder ici :

Le père de la TR 808, Ikutaro Kakehashi est mort

Tr - 8080

Ikutaro Kakehashi fondateur de la marque Roland est mort à l’age de 87 ans et toute la musique électronique est aujourd’hui en deuil. Pionnier des instruments électroniques et créateurs de synthétiseurs  comme le Jupiter 8 et ses déclinaisons Juno, Il est aussi le célèbre inventeur des boites à rythmes TR-808 et TR – 909 qui ont révolutionné la musique dès le début des années 80. C’est dans les années 50 que le japonais originaire d’Osaka avait démarré sa carrière en ouvrant une boutique de revente de radio puis passionné de musique il avait consacré sa vie à l’élaboration de synthétiseurs. C’est en1972 qu’il fonde la marque Roland.

La fin du monde selon Cigarettes After Sex

Cigarettes After Sex

« Apocalypse » est le deuxième titre issu de l’album à sortir le 9 Juin et comme à leur habitude ces Cigarettes After Sex on déjà été fumées  350 000 fois en quelques 10 jours…. La mélancolie de fin du monde se déguste en guitares éthérées et voix surrannée.

http://www.cigarettesaftersex.com/

Sufjan Stevens and co « Planetarium »

Planetarium

Annoncé pour le 9 juin 2017 par l’excellent label anglais 4AD, l’album  « Planetarium » est composé à 4 mains par Bryce Dessner, James McAlister, Nico Muhly, and Sufjan Stevens. L’infiniment grand rejoindra l’infiniment petit et l’émotion intérieur pour 75 minutes intenses et soniques chantées en partie par Sufjan Stevens au travers de pédales d’effet et de vocoders diverses pour apporter plus de mystère à un ensemble ambiant qui traversera le cosmos…
Nico Muhly a notamment travaillé comme chef d’ensemble et soliste pour Philip Glass ainsi qu’avec la chanteuse Björk sur le titre  Oceania en 2004. Bryce Dessner a été guitariste pour The National.

« Saturn », premier titre de l’album est sorti le 27 Mars dernier.

Insufflé par Nico Muhly en 2012, voici ce que ça donnait en live :

Plus d’info sur cette sortie : http://4ad.com/releases/850

 

Rock en Seine, racheté par un homme d’affaires !

Matthieu Pigasse rachète Rock en Seine

C’est Télérama qui  révèle l’affaire le 31 Mars 2017. Rock en Seine après quelques semaines de suspense, vient d’être racheté par Matthieu Pigasse,  responsable monde des fusions-acquisitions et du conseil aux gouvernements de la banque Lazard, dont il est directeur général délégué en France ainsi que propriétaire et président des Nouvelles Editions Indépendantes (qui contrôle le magazine Les Inrockuptibles et Radio Nova), et actionnaire du Groupe Le Monde et du Huffington Post.

A lire ici : http://www.telerama.fr/sortir/matthieu-pigasse-rachete-rock-en-seine-pas-tres-rock-n-roll-tout-ca,156123.php

 

PVT continue à teaser sa tournée avec une nouvelle vidéo live

PVT

Après les morceaux Another Life et Kangaroo, c’est au tour de Salt Lake Heart, extrait de l’excellent New Spirit, d’avoir droit à sa session live.
L’album est sorti le 17 février sur le label californien Felte (Soviet Soviet, ERAAS), et si vous ne l’avez pas encore écouté, jetez vous dessus.

Vous pourrez les croiser en France à partir du mois d’avril pour cinq dates :

25 avril au Metronum, Toulouse

26 avril à l’Iboat, Bordeaux

27 avril au Phare, Limoges

28 avril au Point Ephemere, Paris

29 avril au PZZLE: Maison Folie Moulins, Lille

Feist « Pleasure » Nouveau single.

Feist is blonde

6 ans qu’elle nous manquait, la voici de retour avec un single « Pleasure » qui est aussi le premier titre du prochain album à sortir le 28 Avril prochain. Faisant suite à l’excellent album Metal, Feist elle même sur son Instagram nous apprend qu’il a été produit avec  Mocky (membre du collectif Puppetmastaz) et Renaud Letang (producteur de Mathieu Boogaerts ou Gonzales). On en sait guère plus et on s’en cogne, on attend la suite avec joie, impatience et plaisirs partagés …

 

Ecoutez en AVP l’album de Kelly Lee Owens

Kelly Lee Owens photo

Le premier album de Kelly Lee Owens est en écoute sur NPR (New York Public Radio) en streaming et en avant première avant sa sortie le 24 Mars sur le label norvégien « Smalltown Supersound ».

http://www.npr.org/2017/03/16/520011729/first-listen-kelly-lee-owens-kelly-lee-owens

Entre musique électronique répétitive des années 2000 et Folk anglaise revisité 80s à la Virginia Astley, la jeune femme de 28 ans avait précédemment attiré l’attention avec une série de Eps sur son Bandcamp. Il plane dans l’album éponyme de la londonienne comme un léger retour à la Street Beat et si l’on pense parfois à Grimes c’est probablement parce que Claire Boucher à ré-ouvert la boite de pandore en multipliant les reverbs et les delays sur sa voix, ce que Kelly Lee Owens n’oublie pas de faire et c’est un poil assommant.  Mention spéciale pour l’excellent « Keep Waiting » où les références enfin oubliées font place à une personnalité plus complexe.

Ceux qui aiment la norvégienne Jenny Hval la retrouveront sur le titre Anxi.

Une série de concerts en Europe sont prévus et particulièrement en France à Toulouse, le 17 Mai pour une Waiting Room et à Paris le 11 Juin au Festival We Love Green.

https://www.facebook.com/kellyleeowens/