Kim, car pas chiant

Chantre du Do It Yourself, mélodiste hors pair, KIM travaille à la réhabilitation du kitsch en sublimant cette fois le Ukulélé à travers des compositions rafraîchissantes et toujours aussi émouvantes.

Sorti en petite grole (le contraire d’en grande pompe…) le 15 avril 2019 chez Equilibre Fragile, Kim s’en tape l’uku mais Uku tape sera certainement trop peu chroniqué sur les webzines musicaux et encore moins dans la presse mainstream et la trinité inrocks/telerama/libé qui font et défont le « cool ».

Kim Giani aka KIM originaire de Bordeaux est un chanteur et multi-instrumentiste mais pas que car trop d’idées grouille sous sa tignasse, il est aussi dessinateur (bandes dessinées, illustrations) et vidéaste ! Le maquisard de l’underground a composé plus d’une trentaine d’albums depuis environ vingt ans et ce dans tous les styles, des hymnes lo-fi plus vite que son ombre. Car dans la catégorie des musiciens hyper-prolifiques, KIM se place en tête, à l’heure où cette chronique est diffusée d’autres projets seront bouclés sous son nom de scène KIM ou sous différents avatars « parfois fantasmés et souvent pastiches », tous ses projets sont totalement non dénués d’humour et de troisième degré : les clopes, gainsbite, Jean-Michel Darre, etc.

[bandcamp width=100% height=120 album=1385579089 size=large bgcol=ffffff linkcol=0687f5 tracklist=false artwork=small]

Après avoir sorti en 2015 déjà chez Equilibre Fragile, Banjo Tapes, des compositions folk-acoustiques, Kim propose cette fois Uku Tapes (15 titres – 29mn) et donc au ukulélé et chant et ce toujours en cinq langues différentes: anglais, français, italien, arabe et russe!!!

(le jaune dans l’ère du temps)
titre magnifique que j’avais pu glisser dans mon top 2018 dans Magic Revue Pop Modern

Tout digger ou curieux que nous sommes, scrollant sans fin les sites de streaming se laissera séduire par cette musique rudimentaire et authentique à la Herman Dune ou Daniel Johnston. Tout Uku tapes est empreint d’une sensibilité à fleur de peau (« paulette blues ») et les compositions aux mélodies toutes plus accrocheuses les unes que les autres (« quelque chose qui me chiffonne ») nous accompagneront longtemps bien au delà de l’été qui pointe son nez.

François LLORENS

Smell like Schoos spirit

Benjamin Schoos, prononcez « skoz » est l’héritier de Christophe, un romantique quittant cette fois la parole pour mettre en avant sa musique.  Le dandy crooner compose pour beaucoup d’autres que je ne citerai pas et dirige le label Freaksville record  découvrant de fabuleux artistes que je cite volontiers : Clémentine March avec son ep: Les étoiles à ma porte by Clémentine March Le très prolifique Benjamin Schoos nous offre son 15 ème album studio mais cette fois, c’est une compilation de ses plus belles pépites instrumentales avec des inédits dedans. Ces 15 trésors sonores ont été composés entre 2011 et 2018 et sont très savamment compilés sur le bien nommé « Quand la nuit tombe sur l’orchestre ». L’orchestre ici, c’est lui et ses claviers seventies, la nuit elle, tombe et l’inspiration monte, la parole s’éteint (enfin…) et les thèmes s’illuminent pour nous investir émotionnellement. Le compositeur belge est un véritable artiste touche à tout, qui a façonné un parcours aux multiples facettes tout en sachant renouveler la chanson francophone. Comme par exemple dès 2014 en duo avec notre chère Laetitia Sadier, la chanteuse de feu Stereolab:
Malheureusement, il n’y a pas encore de liens pour son prochain disque afin d’illustrer cette chronique. C’est donc un disque muet à l’image de l’article et du bonhomme : une espèce de carte postale vintage sans rien de désuet où se croisent Jean-Jacques Perrey, François de Roubaix et Sébastien Tellier. Le disque sortira évidemment sur son label Freaksville Music le 12 octobre 2018, car autrefois c’est maintenant et hier c’est demain. François LLORENS

Les helvetes underground

Avec leur premier album “Certaines ruines“, Cyril Cyril marquera la rentrée et son territoire sur le paysage rock français. Leur créneau : exotisme lo-fi et transcendance poétique.

Après un premier ep distribué par les Disques Bongo Joe, excellent label suisse dépoussiérant la musique world underground, Cyril cyril sortira leur Lp Certaines ruines, le 28 septembre 2018 chez Born Bad Records. Ce n’est pas un hasard si Born Bad via leur boss, JB Wizzz les signe car tous les groupes de rock indépendant français qui comptent le plus actuellement sont chez eux. Certaines ruines est la nouvelle preuve que la scène rock francophone passe actuellement par une période très stimulante à l’instar de Grand Veymont, Catastrophe, Tôle froide, Ceylon, Train Fantôme, etc.

[soundcloud url= »https://api.soundcloud.com/users/322433945″ params= »color=#ff5500&auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false&show_teaser=true » width= »100% » height= »450″ iframe= »true » /]

Cyril Cyril tandem au prénom miroir reflète l’air du temps : une génération cultivée aux aspirations multi-culturelles qui a parfaitement intégré tout l’héritage rock de ces cinquante dernières années. Les deux Cyril sont Genevois et ont un parcours au passeport bien rempli. Rien qu’à la lecture des titres du ep aux noms de sites très évocateurs : le colosse de Rhodes et Sayyara, Cyril Cyril a certainement un guide touristique sous un bras et les contes et légendes sous l’autre.  Le duo affiche un esthétisme arty sans prise d’esthètes, porte des costumes asiatiques en toute simplicité et s’invente ainsi un univers exotique idéal pour un été indie(n). Le groupe se transforme pour nous transporter avec leur rock lettré vers des contrées aux sonorités mystérieuses.
Certaines ruines roulera sur vous à la manière d’un palpé roulé. Fermez les yeux et laissez vous aller. Les 10 titres de 41 minutes s’écoutent comme on  raconte des histoires aux enfants. Pas celles dont on connaîtrait la fin ou les rouages mais celles qui tiennent en haleine, celles qui questionnent, celles qui brouillent les pistes, celles qui échappent aux définitions, celles qui remontent aux origines. Car comme trop peu de disques me le font dire dès les premières minutes : il se passe quelque chose à l’écoute de Certaines ruines. Je n’ai pas attendu avec impatience le refrain, le riff ou le gimmick qui se fait attendre. Rien de tout ça, j’ai de suite été subjugué par la simplicité de leur musique, roots sans être baba, vintage et moderne à la fois. La couleur particulière du lp passe par le choix important des instruments : banjo, sonnailles fait de coquillages, accordéon diatonique, orgue, guitare et batterie étranges, mais aussi par le mélange d’incantations/poèmes et de différents chants et langues dont une orientale pour Sayyara. Cyril cyril produit une espèce de transe velvetienne avec La ville, l’utilisation comme unique rythmique: des sonnailles évoque Moondog sur Colosse de Rhodes, celui-ci invite les « Âmes damnées au karma gigantesque » rien que ça ! Avec Samarcande à la mélodie arabisante et lancinante, comment interpréter cette voix qui nous répète « je ne fais que passer n’est-ce pas? » Est-ce prophétique? Et plus loin « Derrière moi les ruines devant moi les ruines » après eux le déluge? Ou est-ce une invitation à tuer le temps à leur écoute?
Le résultat de tout cet assemblage : une musique surprenante pour un disque hors norme et vagabond. Le split rêvé entre Brigitte Fontaine et Animal CollectiveCertaines ruines deviendra un monument ça c’est certain.

Alberto Montero revêt sa plus belle pop de chambre

Le troubadour espagnol s’affranchit du song-writing traditionnel avec un album de la maturité on ne peut plus harmonieux et au parti pris orchestral accessible à tous.

[bandcamp width=350 height=470 album=1451459423 size=large bgcol=ffffff linkcol=0687f5 tracklist=false]

Les groupes indie espagnols traversent difficilement les Pyrénées.  Étant allé personnellement plusieurs fois à deux des grandes messes espagnoles que sont le FIB et le Low Festival , je ne suis jamais tombé de l’armoire avec la « pop » de la péninsule. Mise à part le concert de dingue de ZA! (des potes à Alberto d’ailleurs) en septembre 17 au détonnant festival Baignade Interdite  à Rivière dans le Tarn, je ne suis resté accroché qu’aux disques des cadors des nineties : Los planetas et Migala.

Après avoir fait ses gammes en groupe, Alberto Montero part s’installer à Barcelone et commence une carrière solo en marge de la production très popy espagnole. Dès 2008 il sort un premier disque où il joue à peu prés tous les instruments en chantant en anglais sur des compositions folk-rock. Pour son deuxième disque en 2011, Claroscuro, il chante cette fois dans la langue de Cervantes et ses compositions prennent une tournure plus romantiques.

Pour la petite histoire, c’est grâce à la programmation de l’improbable lieu le garage secret dans le quartier des Minimes toulousain, que j’ai pu découvrir l’année dernière Alberto Montero en première partie de Eloise Decazes & Eric Chenaux. Le Piers Faccini ibérique joua en solo avec sa guitare classique et interpréta des chansons mélancoliques sans être dramatiques. Sa prestation me laissa scotché et imperméable au duo qui suivi. Je lui ai acheté son disque Arco mediterraneo (2015) qui devint par la suite mon disque de chevet. A la première écoute, je m’aperçus qu’il  manquait deux titres exceptionnels qui étaient restés gravés dans ma mémoire depuis le concert : Hoy ayer et En el Camino  issu de Puerto Principe (2013) que j’ai pu retrouver heureusement sur son bandcamp.

Les deux titres ici unplugged plus quelques autres :

Les deux précédents LP sont selon moi et avec un enthousiasme pas très feint, proches de la quintessence du genre classical-folk. Les compositions sont habillées avec grâce par un quatuor à cordes, le timbre de voix angélique d’Alberto et sa technique de chant pro-lyrique auréole son œuvre de bout en bout. Ce sont deux  disques aux mélodies radicalement chantantes que nous attendions tous de Brian Wilson et Alberto Montero nous les a offert.

Depuis 2016 et jusque l’enregistrement en été 2017, le compositeur et tous les musiciens qui l’entourent pour son dernier projet ont empilé pierre après pierre afin de construire cette cathédrale.  Alberto continue d’expérimenter avec beaucoup de cohérence l’harmonie et le contrepoint. Son processus de création nous amène aujourd’hui, à l’écoute de La catedral sumergida, un disque plus intime  qui invite à  nous recueillir. Le valencien, catalan d’adoption,  s’éloigne de manière surprenante du song-writing pour se rapprocher d’une pop de chambre. Sa cathédrale nous submerge par des thèmes de piano à la Debussy, d’introductions au violoncelle oniriques et donne ainsi la part belles aux cordes et donc moins qu’à la guitare/chant comme auparavant.

Ce nouveau disque est peut-être le moins calibré pop, le plus conceptuel mais les compositions sont toujours aussi subjuguantes. Alberto Montero a, comme quelques-uns, trop de talent pour être célèbre. Son chef d’œuvre est distribué depuis le 6 avril 2018 par BCstore.

François LLORENS

Grand Veymont atteint des sommets

Objet disque (Perio, Mocke, etc.) nous gratte-hifi  une fois de plus d’un EP qui porte bien son nom : Route du vertige.  Sorti le 18 février dernier, ces 4 titres aériens nous sont insufflés par un duo d’explorateurs de splendeurs : Béatrice et Jossselin aka Grand Veymont.

L’ascension de Grand Veymont, le plus haut sommet du Vercors (sic) ne dure que 45 minutes (le disque) mais cela suffit pour vite rentrer dans une transe synthétique. L’écoute s’apparente à une randonnée à travers les grands espaces pop , un saut avec ou sans élastique dans le Vert-Kraut, prendre de la hauteur enfin, sur des cimes analogiques. Au sommet, je déchausse le casque et continu d’être pris d’une extase cotonneuse jusque tard.

L’indiscutable héritage de Broadcast et de Stereolab est omniprésent pour les vétérans mais la référence passée, Route du Vertige  se trouve être unique et d’une très grande élégance. Entre le chant et la narration en français, Béatrice nous livre ses psaumes de façon habitée ce qui installe tout du long une atmosphère onirique, propice à la contemplation.

Grand Veymont

Les claviers vintages maîtrisés et une belle production confère à ce disque somptueux une aura qui saura dépasser je l’espère l’entre soi des diggers.

François LLORENS

Beat K enchante les désenchantés

Cela fait déjà deux ans depuis leur single Home que  Beat K se fait attendre, l’album  sort chez les italiens de Riff Records le 23 février 2018.

Ce duo d’anonymes, Paul et Ringo 😉 nous ont donc mis l’eau à la bouche avec leur drumming ethnic, leurs claviers colorés et leur voix douce fluidifiant le tout. Ils sortent enfin de manière éponyme Beat K un disque élégant,  sans colères et tout en retenue, un travail d’arrangements pointus et de samples calibrés.

Les tambours ethniques de Baden Baden s’adressent d’abord au corps puis à l’âme avec ses nappes rappelant un des thèmes de Twin Peaks. Cha CHa Cha sonne les cloches d’une réminiscence electropop 90′. A new spring, deuxième bijou du LP, installe une atmosphère envoûtante, sorte de transe synthétique nous plongeant dans une mélancolie contemporaine. Yellow, avatar de Yellow Submarine, clin d’œil aux petits gars de Liverpool est résolument moderne. Salt Lake City, pop song cotonneuse apaise toutes pulsions. Teen, avec cette fois une invitée chantant sur une ballade mœlleuse entre le conte de fée et la mythologie dionysiaque. Bianca clôt (nos yeux) parfaitement l’album, un titre très confortable de piano solo teinté d’ambiant.

Le premier LP de Beat K permet de finir l’hiver, à écouter sous la couette ou dans les transports. Home nous plonge dans de l’électronica unplugged qui évoque à merveille le spleen urbain de notre époque.

François LLORENS

Catastrophe bienvenue

"la nuit est encore jeune"
photo de leur site

Il faut absolument découvrir Catastrophe déjà pour tous ceux qui avait loupé ce clip de dingue il y a un an, « Il y a une fête dans mon vagin » qui donnait déjà le ton : dada et arty. Ce collectif s’est créé en 2015 composé de membres variables autour de Pierre Jouan, musicien et compositeur principal et de Blandine Rinkel, écrivaine et chanteuse.

Objet musical non identifié La nuit est encore jeune se place sur le podium des lp inventifs en ce début d’année 2018. Ce disque baroque, bariolé et envoûtant additionne une somme d’influence et se démarque des projets indie en tout genre: Spoken word,  chant lyrique, choral, soul électronique, pop song bancale, etc.

Pour les membres du collectif, leur pari est réussi puisque leur souhait était que  » la musique puisse procurer des sensations, donner des envies »; c’est chose faite car on ne sort pas indemne à l’écoute du disque et surtout à la sortie de leur spectacle/performance.

Le disque concept La nuit est encore jeune est sorti le 19 janvier 2018 chez Tricatel (merci Bertrand Burgalat). Ce projet sort en parallèle de la sortie du livre-manifeste éponyme chez Pauvert.

Catastrophe décroise les jambes et croise les genres, mariage parfait entre sonorités ambitieuses et références poétiques.

François LLORENS

Smallville Tapes et le superman psyché-sensoriel

Stéphane Laporte aka Domotic quitte Clapping music et rejoint Gonzaï Record avec un cinquième album instrumental encore loin des dominations de l’industrie du disque. Smallville Tapes succède au superbe Le démon des hautes plaines, BO du court-métrage du même nom. Ce nouveau disque de psychédélices d’une durée de 36 minutes seulement hélas  fut enregistré sur un 4 pistes d’occasion dixit Laporte avec «de vieilles K7 achetées dans une station service avec du Carlos et du Kassav dessus ».

Adoubé par Forever Pavot, Domotic compose des bijoux d’orfèvre pop depuis 15 ans beaucoup trop discrètement. Sans forcément être un diggers, il faut absolument découvrir l’univers foisonnant de Stéphane Laporte, de par ses collaborations : Centenaire, Egyptology, Karaocake ainsi que la somme d’influences qui ressortent à l’écoute de l’album : François de Roubaix, Air, Gainsbourg, Chassol.

Les dix morceaux – aux titres aussi bien choisis que ceux des livres de Françoise Sagan – composent ce disque envoutant entre pop progressive et rock cinématique :  « Repos forcé », une (longue) introduction  à l’orgue, le gourou des claviers vintage nous plonge de suite dans son univers baroque, la messe est dite. « Luminosité variable », son Virgin suicide touche au cœur et apaise,  » cocktail étrange », imprégné de mélancolie fait des miracles, Domotic conclut avec « pierre angulaire » entre arpège souverain et mantra à la Melody Nelson.

Smallville Tapes ou comment ne pas tomber sous le charme  des compositions analogiques de Stéphane Laporte à la fois accessibles et sophistiquées?
Sortie similaire : Ojard « Euphonie ».

François LLORENS

Midget ! « Premier Soleil »

Midget!

Telle une pâle vestale au bec aigu, Claire Vailler déclame une poésie romantique en Français sur fond de musique King Crimsonienne. « Ferme tes jolis cieux » est le premier titre extrait d’un album à paraître chez Objet Disque (WWW.OBJETDISQUE.ORG). Deux albums ont suffi pour construire la légende arthurienne du duo qu’elle forme avec Mocke. En 2012, la presse française s’était fendue d’articles dithyrambiques lors de la sortie de leur premier opus « Lumière d’en bas » (We are unique records) . Après un album un poil plus classique et âpre « Bois et Charbon » paru en 2014, voici poindre le troisième album attendu le 3 novembre, avec impatience et recueillement, les nôtres en tout cas.

Les deux albums précédents sont en écoute ici : https://midget.bandcamp.com/

https://www.facebook.com/Midget-101788063879016/

 

Chronique : Slowdive – S/t (2017)

Voilà plus de cinq mois que le dernier album éponyme de Slowdive est sorti sur Dead Oceans. Cinq mois nécessaires pour digérer une attente de près de 22 ans (Pygmalion datant de 1995), qui auront permis de prendre un peu de recul sur ce LP (et qui justifient cette chronique tardive). Ce qui surprend d’abord à la première écoute, c’est l’homogénéité du disque et sa cohérence dans la discographie du groupe. Il faut dire que dès l’introduction de Slomo, le titre d’ouverture, on se retrouve en territoire connu : grosse réverbération éthérée, nappe de sythé à gogo et delay de guitares arpégées en-veux-tu-en-voilà. Des arrangements qui viennent d’ailleurs plus rappeler la période Souvlaki du groupe que celle de Pygmalion. Droits dans leurs baskets, les membres du groupes mettent de côté les expérimentations sonores qui avaient fait la sève de leur dernier album deux décennies plus tôt, et malgré leur quadragénitude, nous font bien savoir qu’ils ont toujours vingt ans dans leurs têtes. Les rythmiques énergiques de Don’t Know Why et Everyone Knows accentuent cette impression, ou bien le très adulescent No Longer Making Time, idéalement calibré pour faire du vélo au coucher de soleil dans sa résidence pavillonnaire, en se croyant en plein film de Greg Araki. Mais c’est quand le groupe décide de prendre son temps qu’il est le plus convainquant, osant proposer de la nouveauté dans son répertoire, comme sur l’ultra-pop Sugar for the Pills, chanté par un Neil Halstead au timbre très proche d’un Matt Berninger. Où sur le magnifiquement introspectif Falling Ashes, où l’arpège de piano répétitif et les entrelacs de voix scandent un « thinking about love » qui dégage son lot de romantisme aérien .

Alors qu’on notera la prédominance du chant masculin, reléguant trop souvent la talentueuse Rachel Goswell au rôle de backing vocal, cette cuvée 2017 à de quoi désarçonner. Bien qu’au niveau du son, tout sonne plus gros et plus dense qu’avant – l’incursion de Goswell chez Mogwai avec le super groupe Minor Victories pouvant apporter un élément de réponse à cette évolution – Slowdive échoue à surprendre, et offre un album duveteux, flattant le fan dans l’attente, à la prise de risque minime et (trop) calculée. Alors que l’époque est propice au revival shoegaze (allez écoutez Nothing, Ringo Deathstarr, ou Cigarette After Sex pour vous faire une idée), le groupe nous montre surtout ici que Slowdive, c’est avant tout une formule. Une recette de grand-mère dont on avait perdu le moule, et que l’on retrouve avec excitation. On pensait en avoir oublié le goût, mais il revient nous frapper à la première larmichette. Cependant, le problème avec la formule, c’est son côté déclinable à outrance et sa propension à la standardisation qui nous fait nous interroger aujourd’hui sur la pertinence d’une telle reformation (comme pour celles d’At The Drive-In ou de Lush d’ailleurs). Heureusement que Slowdive 2017 est parsemé de très belles chansons, car le groupe n’est pas passé loin de transformer la croustade de ma mère-grand en goûter Figolu.

A écouter en priorité :

Sugar for the Pills :

No Longer Making Time :