Cocteau Twins, démiurges de l’introspection

Cocteau Twins, groupe phare de 4AD, bouleverse le monde de la musique en influençant la dream pop et le shoegaze. Le dyptique Tiny Dynamine/Echoes In A Shallow Bay constitue un cheminement dans leur discographie vers une texture ultra vaporeuse.

Les musiciens grandissent à Grangemouth, une ville ouvrière d’Ecosse. Fascinés par le punk, Elizabeth Frazer et Robin Guthrie se rencontrent dans une discothèque où le futur guitariste passe ses disques préférés. Ils deviennent amants puis fondent le groupe en 1979. Lors d’un concert de The Birthday Party, ils font connaissance avec le batteur qui leur donne l’adresse de 4AD. Ils envoient des démos à Ivo Watts Russel qui les invite à Londres pour jouer et, sidéré par la voix de soprano de Liz, il signe les Cocteau Twins qui deviennent la coqueluche du label.

« Tiny Dynamine »

En 1982, avec l’album Garlands, le public découvre une formation à la signature inimitable. Ce premier opus naît au moment où la scène gothique se forme avec le club The Batcave à Londres mais la proximité avec le mouvement est minime, tant les sonorités créées par Cocteau Twins sortent de l’ordinaire. Le groupe évolue vite et dans ses expérimentations soniques, il s’avèrera constamment précurseur. Leur musique introspective donne naissance à la dream pop et l’ethereal wave qui seront popularisées par le collectif de 4AD This Mortal Coil dans lequel ils jouent.

« Echoes In A Shallow Bay »

Les boucles chaotiques des instruments et le chant tribal de Garlands se muent en nappes atmosphériques préfigurant le shoegaze en 1983 grâce au morceau « Musette and Drums » sur Head Over Heels, où Robin se sert de la saturation afin de dissumuler ses lacunes à la guitare, sans penser un instant qu’il donnera naissance à un genre inédit. Elizabeth, considérée comme l’une des plus belles voix du monde, chante en glossolalies, inventant une langue à l’onirisme mystérieux. Après le départ du bassiste Will Hegie, Simon Raymonde rejoint la bande à partir de 1984 pour l’album Treasure et restera dans le groupe jusqu’à sa dissolution. Les Cocteau sont très prolixes pendant les années 80 et sortiront des albums presque tous les ans. Tiny Dynamine et Echoes In A Shallow Bay sont deux EP transitionnels dans la carrière des musiciens.

EP « Love’s Easy Tears » 1986

Le 1er novembre 1985 sortent ces EP miroirs, à écouter l’un à la suite de l’autre et à considérer comme les morceaux d’un seul album. En plus d’être dévoilés simultanément, ils possèdent un artwork similaire, telles deux pièces d’un puzzle. Tiny Dynamine et Echoes In A Shallow Bay sont issus d’une même session d’enregistrement au Guerilla Studio à Londres, et le diptyque est réuni dans un disque le 15 novembre de la même année. Les EP de Cocteau Twins font souvent office de transition entre les albums et ceux-ci n’échappent pas à la règle, à la croisée de Treasure, adoubé par le public, et de Victorialand, s’insinuant dans une texture ambient, abolissant la frontière entre couplet et refrain. Tiny Dynamine / Echoes In A Shallow Bay est une plongée dans des nappes encore plus planantes qu’à l’accoutumée, sillonnant un terrain psychédélique comme embrumé par la fumée de cigarette. L’instrumental « Ribbed And Veined » poussant l’auditeur aux confins de l’onirisme, pourrait figurer dans la B.O de Twin Peaks. Le chant d’Elizabeth, excellant dans les trilles sur « Melonella » et les choeurs polyphoniques de « Sultitan Itan » – spécialité qu’elle déploie depuis Head Over Heels – regorge d’une maîtrise, d’une originalité si époustouflantes que l’oreille ne peut s’y habituer. La musique de Cocteau Twins met à mal l’entendement, conjure toute exégèse pour s’en remettre à une émotion brute, pure qui ne peut que laisser pantois.

« The Moon And The Melodies »

En 1986, le groupe collabore avec le pianiste ambient Harold Budd sur l’opus The Moon And The Melodies. Ils signent avec Capitol en 1988 pour distribuer leurs disques en Amérique et ils quittent 4AD en 1990 après avoir sorti Heaven Or Las Vegas. Ils composeront deux albums plus pop au cours des années 90 qui n’accèdent pas à la consécration escomptée. La relation de Robin et Elizabeth s’achève, le groupe splitte. Au sortir d’une aventure si intense, ils ne se reformeront jamais mais poursuivent la musique chacun de leur côté. Liz a acquis une renommée mondiale en chantant pour Massive Attack, Simon fonde le label Bella Union et produisent de nombreux artistes tels que Beach House et Explosions in the Sky.

« Blue Bell Knoll », 1988

This Mortal Coil, le supergroupe de 4AD

This Mortal Coil est un projet regroupant les artistes les plus talentueux de chez 4AD. En 1984, leur album It’ll End In Tears contribue à l’émergence d’un nouveau genre : la dream pop.

Ivo Watts Russel nourrissait le désir de réaliser un medley de deux chansons de Modern English, « Sixteen Days » et « Gathering Dust », mais après avoir soumis l’idée au groupe, le chanteur Robbie Grey refuse. Ivo suggère alors aux musiciens de 4AD d’enregistrer les deux titres, désireux de produire un album avec des reprises de chansons des années 60 et 70 l’ayant influencé. Parmi elles, figure le chanteur Tim Buckley dont Elizabeth Fraser reprend « Song To The Siren » sur le 45 tours du même nom en 1983, qui reste en tête des charts britanniques pendant 101 semaines. Le succès est tel qu’Ivo décide de prolonger l’expérience sur un long format.

Vinyle de « It’ll End In Tears »

C’est ainsi que naît le supergroupe This Mortal Coil, invitant un florilège d’artistes de renom issus de 4AD tels que les Cocteau Twins, Dead Can Dance, Modern English, Xmal Deutschland, Wolfgang Press ou encore Colourbox à créer une musique contemplative au possible, qui emprunterait à la puissance du rock mais en lui donnant une autre teinte, beaucoup plus brumeuse. Sous la houlette du producteur John Fryer, tout ce beau monde enregistre It’ll End In Tears en 1984.

Au catalogue, deux titres de Big Star, sont réinterprétés par de prestigieux chanteurs qui ne font pas partie de l’écurie : il s’agit de Gordon Sharp (Cindytalk) sur « Kangaroo » et Howard Devoto (Buzzcocks, Magazine) sur « Holocaust ». Leurs voix graves, soutenues par le violoncelle et le piano métamorphosent les morceaux folk en plaintes lancinantes qui rendent justice à la mélancolie s’échappant des paroles. Pour parvenir à ce résultat lors des enregistrements, Ivo emporte avec lui une cassette des titres originaux afin de capter ce qui le séduit tant dans ces chansons, pour ensuite le transmettre à ses artistes qui les dynamitent dans une atmosphère contemplative. Malgré une majorité de reprises, It’ll End In Tears révèle deux inédits de Dead Can Dance, « Waves Become Wings » et « Dreams Made Flesh » ainsi qu’un titre instrumental, « Fyt », où The Wolfgang Press et Colourbox créent une mélodie qui confère à l’ambient avec les synthétiseurs.

This Mortal Coil est sans conteste le projet le plus audacieux d’Ivo car It’ll End In Tears défriche des sonorités n’ayant pas encore été exploitées en 1984, et qui vont contribuer à l’émergence de la « dream pop », genre immergeant l’auditeur dans des nappes d’instruments éthérés superposées à des voix oniriques. Sublime, le résultat emporte l’auditeur vers le paroxysme qui lui est promis à l’écoute du disque. À la fin, nous pleurons de cette beauté si incandescente, si sombre, dans laquelle nous précipite This Mortal Coil.

Demen révèle la beauté éthérée de Nektyr

Demen
Demen est le projet de l’artiste suédoise Irma Orm originaire de Stockholm et qui vient de sortir un album sur Kranky intitulé « Nektyr » (prononcer Nektur). Peu de choses ont filtré sur la personnalité de l’artiste, Kranky a reçu une série de titres par e-mail il y a quelques années et après avoir rédigé leur proposition, l’artiste a seulement répondu en retour un « Yes », qui quelques années plus tard s’est concrétisé par la sortie de cet album. Nektyr est présenté comme un ersatz atmosphérique et fantomatique d’un des titres les plus éthérés des Cocteau Twins, période Treasure, bien que la musique tourne au ralenti alors que se dégage une ambiance crépusculaire qui était absente chez les Cocteaus. L’album nous rappellera plutôt les séquelles du groupe écossais que l’on trouvait dans les années 90 sur le label gothique chic américain Projekt, comme les californiens de Love Spiral Downwards ou encore Black Tape for a Blue Girl. On ne sait rien de plus d’Irma Orm, nom qui sonne comme une anagramme, hormis qu’elle vient de sortir un objet étrange et séduisant qui pourrait bien faire date… C’est l’occasion de revenir sur le label Kranky, originaire de Chicago (Illinois) et actif depuis 1993, micro label à l’économie limitée, ils se font repérer en sortant le premier Ep de Labradford. Spécialisé dans les musiques lentes, éthérées et soniques, ils sortent les disques d’artistes comme Windy & Carl, Grouper, Jessica Bailiff ou encore Low. L’album de Demen correspond parfaitement à leur esthétique élaborée depuis 24 ans. http://www.kranky.net/  

Chronique : Slowdive – S/t (2017)

Voilà plus de cinq mois que le dernier album éponyme de Slowdive est sorti sur Dead Oceans. Cinq mois nécessaires pour digérer une attente de près de 22 ans (Pygmalion datant de 1995), qui auront permis de prendre un peu de recul sur ce LP (et qui justifient cette chronique tardive). Ce qui surprend d’abord à la première écoute, c’est l’homogénéité du disque et sa cohérence dans la discographie du groupe. Il faut dire que dès l’introduction de Slomo, le titre d’ouverture, on se retrouve en territoire connu : grosse réverbération éthérée, nappe de sythé à gogo et delay de guitares arpégées en-veux-tu-en-voilà. Des arrangements qui viennent d’ailleurs plus rappeler la période Souvlaki du groupe que celle de Pygmalion. Droits dans leurs baskets, les membres du groupes mettent de côté les expérimentations sonores qui avaient fait la sève de leur dernier album deux décennies plus tôt, et malgré leur quadragénitude, nous font bien savoir qu’ils ont toujours vingt ans dans leurs têtes. Les rythmiques énergiques de Don’t Know Why et Everyone Knows accentuent cette impression, ou bien le très adulescent No Longer Making Time, idéalement calibré pour faire du vélo au coucher de soleil dans sa résidence pavillonnaire, en se croyant en plein film de Greg Araki. Mais c’est quand le groupe décide de prendre son temps qu’il est le plus convainquant, osant proposer de la nouveauté dans son répertoire, comme sur l’ultra-pop Sugar for the Pills, chanté par un Neil Halstead au timbre très proche d’un Matt Berninger. Où sur le magnifiquement introspectif Falling Ashes, où l’arpège de piano répétitif et les entrelacs de voix scandent un « thinking about love » qui dégage son lot de romantisme aérien .

Alors qu’on notera la prédominance du chant masculin, reléguant trop souvent la talentueuse Rachel Goswell au rôle de backing vocal, cette cuvée 2017 à de quoi désarçonner. Bien qu’au niveau du son, tout sonne plus gros et plus dense qu’avant – l’incursion de Goswell chez Mogwai avec le super groupe Minor Victories pouvant apporter un élément de réponse à cette évolution – Slowdive échoue à surprendre, et offre un album duveteux, flattant le fan dans l’attente, à la prise de risque minime et (trop) calculée. Alors que l’époque est propice au revival shoegaze (allez écoutez Nothing, Ringo Deathstarr, ou Cigarette After Sex pour vous faire une idée), le groupe nous montre surtout ici que Slowdive, c’est avant tout une formule. Une recette de grand-mère dont on avait perdu le moule, et que l’on retrouve avec excitation. On pensait en avoir oublié le goût, mais il revient nous frapper à la première larmichette. Cependant, le problème avec la formule, c’est son côté déclinable à outrance et sa propension à la standardisation qui nous fait nous interroger aujourd’hui sur la pertinence d’une telle reformation (comme pour celles d’At The Drive-In ou de Lush d’ailleurs). Heureusement que Slowdive 2017 est parsemé de très belles chansons, car le groupe n’est pas passé loin de transformer la croustade de ma mère-grand en goûter Figolu.

A écouter en priorité :

Sugar for the Pills :

No Longer Making Time :

Encore un single pour Cigarettes After Sex

Cigarettes After Sex

Slowdive n’avait pas besoin de revenir, pas la peine vraiment, on pouvait rester sur notre mélancolie à se dire que c’était si bien avant, et c’est parce qu’on avait Cigarettes After Sex qu’on pouvait s’en contenter. Hier sortait un nouveau single du groupe originaire de Brooklyn. « Each Time You Fall In Love » est plus sensuel et sonique encore que les précédents single issus du prochain album à sortir le 9 Juin prochain. Toujours autant susurré à nos oreilles par la voix androgyne de Greg Gonzales, qui n’en finit pas de nous faire languir ….